FRÈRES ET SŒURS c’était le thème des ateliers Albums des 30 Mars et 20 Avril

Publié le par Les coordinateurs de Lire et faire lire 31

Les albums reflètent bien l’ambivalence des sentiments qui animent les enfants (et les adultes) dans leur relation avec leur fratrie.

  • Le premier thème, très présent dans les albums pour les petits, c’est le mélange de frustration, de colère et de jalousie qui s’empare de l’aîné(e) lors de l’arrivée d’un « concurrent » dans l’affection des parents.
  • Le second, c’est le sentiment d’amour, de complicité et de solidarité qui lie les enfants d’une même famille, et souvent les accompagne tout au long de leur vie.

L’ARRIVÉE DE L’INTRUS

La grande aventure du Petit Tout. Agnès de Lestrade/Tiziana Romanin. Sarbacane.

Quand ses parents, qui sont tout pour lui, annoncent à Petit Tout leur séparation, l’enfant se sent coupé en deux. Et l’arrivée d’un inconnu, « Rien du Tout », dans la vie de sa maman, n’arrange rien. Surtout que s’annonce bientôt la naissance d’un petit Quelque Chose. Comment vivre avec ce nouveau petit être, qui occupe tant de place, quand déjà on se sent en morceaux ? Peu à peu, les pièces de ce puzzle familial éclaté recomposent un nouveau tableau. Agnès de Lestrade aborde avec beaucoup de finesse le thème de la famille recomposée. Les illustrations apportent leur douceur à un récit qui n’esquive pas la douleur de cette expérience que partagent de nos jours beaucoup d’enfants. A partir de 6 ans.

La princesse des Ménines. Sophie de La Villefromoit. Seuil jeunesse.

Cet album inaugure une nouvelle collection, « Quand le tableau s’anime », qui propose une fiction inspirée d’un tableau célèbre, avec un mini documentaire expliquant l’œuvre. Le tableau, ici, est la plus célèbre toile de Velasquez, « Les Ménines ». Il met en scène la famille de Philippe IV d’Espagne, avec au centre la petite princesse Marguerite, âgée de 5 ans, et héritière du trône d’Espagne à ce moment-là... jusqu’à ce qu’arrive un garçon, Philippe, qui deviendra alors prince héritier. La fiction imaginée par l’auteur montre sa vie à la cour et ses obligations, qui ne laissent aucune place au jeu. Mais l’arrivée de son petit frère l’a détrônée, elle n’est plus le centre de l’attention et est en proie à la jalousie. Elle fait alors une grosse bêtise : elle lui ôte la ceinture garnie de grelots qu’il porte en permanence pour que l’on sache toujours où il est. Il se perd dans l’immense palais, tout le monde est affolé, et Marguerite elle-même s’inquiète. Quand elle le retrouve, elle comprend qu’elle l’aime et elle a envie de prendre soin de lui. Une histoire pleine de tendresse et d’émotion, qui parle des liens entre frères et sœurs, quels que soient l’époque et le contexte. Une très intéressante initiation à l’art, avec des illustrations « à la manière de ». A partir de 8/9 ans.

Petit frère, petite sœur, mode d’emploi. Michaël Escoffier. Frimousse. (Bibl. Croix-Daurade, Grand M, Ancely)

L’album se présente comme « un guide pratique à l’usage de ceux à qui la vie vient de faire ce merveilleux et embarrassant cadeau ». Tout ce qu’il faut savoir pour s’occuper à merveille de son petit frère ou de sa petite sœur. Telle une plante verte, bien l’arroser, lui parler, lui faire prendre l’air. Eviter les gros mots qu’il s’empresserait de répéter. Les jouets à éviter, les soins indispensables, les mauvaises odeurs et dysfonctionnements divers. Rien n’échappe au regard malicieux de Michaël Escoffier ! Un ton original et peu conventionnel, dans cet album humoristique aux couleurs chaleureuses. A partir de 6 ans.

Encore un frère… Matthiew Cordell. Didier jeunesse. (Bibl. Bonnefoy, médiathèque Cabanis)

Quand il était fils unique, la vie de Daniel était magnifique. Mais un jour, il a eu un petit frère : Prosper. Lorsque Daniel chantait, Prosper pleurait. Lorsque Daniel tricotait, Prosper vomissait. Et puis il y eu un autre frère : Maxence ! Et un autre : Simon ! Et un autre : Marco ! Daniel n’était plus qu’un parmi les autres… jusqu’à douze enfants-moutons. Et ce n’était que le début : chacun l’imite, le copie, quoi qu’il fasse (on comprend alors le sens du mot « moutonnier »). Par la suite, ils vont chercher à se différencier… et là, Daniel se retrouvera tout seul ! Jusqu’au jour où arrivera une petite brebis au lieu du nième frère attendu. L’auteur évoque avec humour ce que peut ressentir un enfant quand la famille s’agrandit. L’aîné étant doté d’une fratrie impressionnante, les scènes de la vie quotidienne deviennent de véritables gags. A partir de 4/5 ans.

UN LIEN INDEFECTIBLE

Sœurs et frères. Claude Ponti. Ecole des loisirs.

Dans la droite ligne de son Catalogue des parents, Ponti aborde ces drôles de créatures que la nature (et les parents) nous imposent pour la vie. De toute façon, ils arrivent sous forme de bébés, et Ponti nous prévient : « en tant que sœurs ou frères, les bébés sont inutilisables ». Sans parler des innombrables privilèges des nouveaux venus : « la sorofrérie, c’est le vol ! » Par la suite, ils ne sont pas sans poser problème au quotidien : il y a le Keursurla-Min, le Pikabi, le Kikroitou et bien d’autres qui composent une vaste galerie, avec des recommandations « tenir à distance », « s’acoquiner ou contrecarrer »... Un livre des plus réjouissants, mais il faut du temps pour regarder les images en détail et déchiffrer les mots de fabrication « pontienne ». Il est certainement difficile de le présenter à un groupe d’enfants. De 9 à 99 ans.

Le A, Le petit frère, Le Non. Claude Ponti. Ecole des loisirs. (Bibl. LFL31)

Trois albums dans une série qui en compte quinze. De tout-petits albums faits pour les petites mains. Les héros en sont Tromboline et Foulbazar, la sœur et le frère, des poussins malicieux qui ont toujours une bonne idée… leurs noms vous laissent imaginer quelle sorte d’idée ! Ponti nous invite à partager leurs jeux, leurs joies, leurs pleurs et leurs questionnements. Chaque histoire amène en quelques pages un petit mystère à explorer, un nœud à dénouer… quelque chose à comprendre qui n’est pas immédiatement accessible à l’enfant. De petites merveilles à savourer dès l’âge de 2/3 ans.

Petit Dernier et le grogromonstre. Didier Lévy/Frédéric Buraglia. Didier jeunesse.

Le lecteur connaît déjà Petit Dernier, le plus jeune et le plus petit de la famille Crumpets. Dès ses premières aventures on le voyait en concurrence avec ses 23 frères et sœurs, avant de comprendre que la petitesse est relative, et que d’ailleurs elle n’apporte pas que des inconvénients. Avec le grogromonstre, il en va de même : Petit Dernier, à peine supporté par la fratrie, rejeté des jeux au parc, va devenir le sauveur de toute la famille avalée par un affreux jojo cannibale. Cependant, notre héros a pris de l’assurance et il va jouer de son pouvoir, faisant attendre ses aînés le temps d’un pain au chocolat et d’une sieste. De l’art de compenser une faiblesse physique par une intelligence malicieuse !… Beaucoup d’entrain et de gaieté. A partir de 5 ans.

Trois sœurs. Jo Hoestland/Nathalie Novi. Gallimard. (Bibl. Côte Pavée)

C’est l’histoire de trois sœurs : Eléonore, la brune aux yeux verts, Martha, la rousse aux yeux bleus, et Jane, la narratrice aux yeux noisette, née bien après, que l’on nomme « la petite », et qui a une chambre dans le grenier. Vous pensez à Cendrillon ? Eh bien pas du tout ! Il s’agit d’un récit de vie, et non d’un conte. Parfois les grandes l’écartent de leurs jeux, parfois elles sont là pour lui raconter des histoires et la consoler. Eléonore, puis Martha, quittent un jour la maison, et Jane s’installe dans la grande chambre convoitée. Puis un jour elle s’en va et voyage jusqu’au bout du monde. Mais quand elle revient, c’est pour s’acheter une petite maison où elle pourra inviter ses sœurs. Un récit plein de tendresse sur les joies et les peines de la fratrie. Les illustrations de Nathalie Novi, majestueuses et sentimentales, contribuent au charme de ce récit d’une époque révolue. A partir de 8/9 ans.

Passion et Patience. Rémi Courgeon. Milan. (Médiathèque Cabanis)

C’est l’histoire de deux jumelles rigoureusement identiques mais aux caractères opposés. Elles ne s’habillent pas de la même manière, elles cultivent des centres d’intérêt différents, mais elles se complètent à merveille. Elle s’aiment à un tel point qu’elles ne vont jamais vraiment se quitter, tant elles sont complémentaires. Depuis leur plus jeune âge, les deux filles sont amies avec leur voisin, Gus, qui va réussir à s’introduire un moment dans leur couple. Ce Gus, vous le connaissez certainement : c’est Gustave Eiffel qui, devenu ingénieur, les considérera comme ses muses. Elles sont au cœur de son formidable projet, qui marquera la France de son empreinte : la Tour Eiffel. Une histoire qui lie fiction et réflexions historiques, et qui aborde avec beaucoup de délicatesse le lien si particulier de la gémellité. A partir de 9 ans.

Ma Sœur-Etoile. Alain Mabanckou/Judith Gueyfier. Seuil jeunesse. (Bibl. LFL31)

Dans le Congo des années de 1970, un jeune garçon dialogue la nuit avec sa sœur disparue, qu’il se représente comme une étoile dans le ciel. Elle le conseille, le console, lui dessine des moutons dignes du Petit Prince. Pansement pour un deuil impossible à supporter, la transformation de la sœur en étoile convainc même son camarade de classe. Ce récit autobiographique d’un grand auteur africain est somptueusement illustré par Judith Gueyfier. Les immenses pages nocturnes, où domine le violet, propice à l’évocation du rêve, alternent avec des pages plus colorées, réalistes, pour dépeindre la vie quotidienne africaine. Un livre plein de sensibilité et de poésie, qui pourra séduire les plus grands, à partir de 8/9 ans.

Et nous nous retrouverons aux Amidonniers

Le Jeudi 1er Juin à 10h

OU

Le Jeudi 15 Juin à 14h30

Le thème : Voyages

Publié dans Albums

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article