LES MÉCHANTS – ateliers albums des 25/11 et 2/12…l’année dernière !

Publié le par Les coordinateurs de Lire et faire lire 31

LES  MÉCHANTS – ateliers albums des 25/11 et 2/12…l’année dernière !

Pas de littérature de jeunesse sans méchants !

Et tout d’abord la galerie fort réjouissante des méchants « institutionnels » : une série de personnages très typés, facilement reconnaissables, incarnant le danger et/ou le mal, qui menacent le héros et le jeune lecteur qui s’identifie à lui : loups, ogres, sorcières, géants, monstres en tous genres. Parfois on assiste à leur « conversion » : fréquente quand il s’agit du loup (très souvent réhabilité dans les albums actuels), beaucoup plus savoureuse quand il s’agit de l’Abominable Monsieur Schteuple !

Mais au-delà de ces figures finalement rassurantes car faciles à repérer, certains albums posent des questions plus complexes :

  • N’y a-t-il pas des enfants méchants ? Et l’on touche là au phénomène du harcèlement.
  • Quelle est l’origine de la méchanceté ? Eduardo et Terrible semblent capables de « se convertir », mais quelques albums (rares !) nous font rire ou sourire devant le triomphe de la méchanceté ou de la cruauté (Germaine ou les 3 contes cruels).

LES  MÉCHANTS « INSTITUTIONNELS »

A l’intérieur des méchants. Clotilde Perrin. Seuil. (Bibl. LFL31)

Un livre qui réserve bien des surprises ! Maxi format pour cet album qui fait forte impression dès l'ouverture. Trois personnages sont présentés : le loup, l'ogre et la sorcière. Trois personnages sans lesquels les histoires destinées aux enfants manqueraient cruellement de piquant. Méchants, mais pas très malins, ils ont cependant la mauvaise habitude de courir après les enfants ou les gentilles princesses qui heureusement ont souvent plus d'un tour dans leur sac pour se sortir des griffes de leur ravisseur. Alors, pour que l'on puisse en apprendre plus sur ces personnages qu'on adore détester, Clotilde Perrin nous a ouvert leur ventre, déboutonné leur veste ou soulevé leur robe pour que l'on puisse enfin savoir ce qui se cache à l'intérieur des méchants... C'est qu'il y en a des choses à découvrir en soulevant ou tirant tous les clapets ! on trouve dans le ventre du loup sept chevreaux, trois petits cochons, une grand-mère, un petit chaperon rouge et un caillou. Dans le chapeau de l'ogre, sept petits enfants et dans la main de la sorcière une pomme bien rouge. Un album superbe à mettre entre toutes les mains (délicates) ! A partir de 6/7 ans.

La sorcière qui rapetissait les enfants. Véronique Caylou/David Parkins. (Bibl. LFL31)

Quel plaisir de trouver une méchante vraiment méchante, et qui le reste ! Pas de conversion à la fin de l’histoire : les méchants doivent être punis. Et elle est bête et méchante cette sorcière Pichenouille ! Elle rétrécit les enfants jusqu’à la taille d’un microbe et sème la terreur au village. Jusqu'au jour où Séraphin, un petit garçon, décide de mettre un terme à ses méfaits. Mais comment faire quand on est tout petit et que la sorcière est grande et redoutable ? En se glissant dans son corps, justement, et en l'attaquant de l'intérieur !  Il visite sa colonne vertébrale, son cœur, son cerveau... et il s’amuse à tout dérégler : la sorcière s’enrhume quand il laisse la porte ouverte, aboie au moment où elle veut manger, se met à loucher, etc. Séraphin finira par sortir du corps de la sorcière et découvrir le point faible de Pichenouille : le bouton qu’elle a sur le nez qui la transforme en être minuscule ! Une aventure merveilleuse qui donne confiance. Ce n'est pas parce qu'on est petit qu'on ne peut pas combattre les méchants ! Les enfants adorent. A partir de 5 ans.

Pierre et la sorcière. Gilles Bizouerne/Roland Garrigue. Didier. A petits petons. (LFL31).

Pierre est un galopin qui n'a peur de rien. Habitant dans un village en lisière de forêt, il sait qu'il ne doit pas s'y promener, car une sorcière y a élu domicile. Mais Pierre n'écoute rien, et un beau jour, lorsqu'il grimpe à un magnifique pommier, la sorcière apparaît. Cric crac, elle l’enferme dans son sac et compte bien l'emporter chez elle et le cuisiner pour le déjeuner. Mais ce qu'elle ne sait pas, c'est que Pierre lui aussi est très rusé ! Un conte en randonnée, des répliques hilarantes, une sorcière qui pourrait faire peur, mais dont le langage fleuri fait rire, un petit garçon qui a un plus d'un tour dans son sac… cet album est un incontournable de la littérature jeunesse. Les enfants adorent et pour les adultes, c'est une histoire très agréable à lire. A partir de 5 ans.

L’Abominable Monsieur Schteuple. Grégoire Kocjan/Hippolyte. L’atelier du poisson soluble. (Bibl. Serveyrolles, les Izards, LFL31)

Monsieur Schteuple est vraiment abominable. Suffisamment abominable pour qu’on le dise dans le titre. Il est méchant et il adore ça. Il est seul, il déteste tout le monde, et en particulier les enfants, qu’il attrape pour les mettre dans sa bosse. La nuit, il entre dans les chambres à coucher par les moindres fissures, pour déguster les croûtes de genoux des petits. C’est vraiment la créature la plus répugnante et la plus malfaisante du monde. Au point que les fées se mobilisent et l’assignent devant leur tribunal. Il est jugé et condamné à une peine terrible : il devra être gentil au moins un jour par an. Et c’est l’origine d’une tradition fort répandue… que l’on vous laisse découvrir. Sachez seulement que maintenant, Monsieur Schteuple reçoit des milliers de poèmes d’enfants qui lui disent qu’ils l’aiment. Quelle horreur ! L’album joue sur les émotions du lecteur. Le début merveilleusement effrayant fait frissonner : recouvertes de noir, les pages créent un climat de terreur. Plaisir de la peur. Puis les couleurs reviennent et la lecture prend une autre tournure : quelle peut bien être la sentence à laquelle le héros va être condamné ? Le dénouement provoque la joie du lecteur, qui pourra revenir en arrière pour trouver les indices annonçant la métamorphose finale du personnage. A partir de 8/9 ans.

DES  ENFANTS  MÉCHANTS ?

Marcel chou de Bruxelles, la terreur des bacs à légumes. Nicolas Beghain/Guillaume Long. Auzou.

Marcel est un chou de Bruxelles bagarreur, la terreur des bacs à légumes. C’est le plus fort, le plus balèze, le plus costaud, il arrive toujours à ses fins. Ce qu’il préfère, c’est terroriser les enfants à l’heure du déjeuner en hurlant « Aujourd’hui, c’est chou de Bruxelles ! » Les enfants crient, pleurent, et même tombent… dans les pommes ! Mais un jour, voilà qu’il tombe sur une petite fille qui n’a pas peur de lui. Diable ! Que va-t-il faire ? Un album original et qui nous a bien amusés. Il rencontrera certainement un vif succès auprès des enfants, pour la plupart fâchés avec les choux de Bruxelles ! A partir de 4/5 ans.

Le jour où je suis devenue plus méchante que le loup. Amélie Javaux/Annick Masson. Mijade.

« Dans mon école il y a un loup... c'est Agnès. Elle se déplace toujours avec sa meute. Elle se moque de moi. Alors j'ai moi aussi voulu rejoindre la meute et avoir des amies... et je suis devenue plus méchante que le loup ! » Charlotte témoigne de ce qu’elle vit au quotidien en ne faisant pas partie de la « meute » d’Agnès : elle subit les moqueries, les humiliations, les remarques sur ses vêtements, jusqu’à sentir à l’intérieur d’elle une boule de plus en plus insupportable. Pour ne plus être exclue, elle va à son tour devenir méchante et martyriser un autre enfant dans la cour. La voilà devenue « plus méchante que le loup ». Un album pour parler du phénomène du harcèlement. Ce qui est intéressant dans l’histoire, c’est de voir que Charlotte est près de basculer du côté des harceleurs pour éviter d’en être la cible... mais va finalement se remettre en question et trouver des alliés chez les enfants. A partir de 7 ans.

AUX  ORIGINES  DE  LA  MÉCHANCETÉ

 

Edouardo le terrible. John Burningham. Gallimard jeunesse. (Bibl. Bonnefoy, LFL31)

Parfois, Eduardo donne des coups de pied dans des objets. « Tu es violent, le plus violent de toute la terre » lui disent ses parents. Ainsi, il sera successivement le plus bruyant, le plus brutal, le plus désordonné, le plus sale, le plus grossier, et finalement le plus terrible de toute la terre. Et pourtant… Eduardo est un enfant parfaitement normal, ou plutôt il l’était, jusqu’à ce qu’on le convainque qu’il est « terrible ». Heureusement, la seconde partie du récit va nous montrer qu’il suffit d’un regard bien disposé à son égard pour lui trouver toutes sortes de qualités. Un livre plein de finesse sur l’origine de la méchanceté, et le rôle du regard parental. A partir de 6/7 ans.

Histoire du Grand Méchant Poulet. Anne Jonas/Emile Jadoul. Milan (Médiathèque Cabanis, Côte Pavée, LFL31)

Il y a très longtemps, quand les poules avaient des dents et que les loups n’en avaient pas, le Grand Méchant Poulet terrifiait tous les animaux de la forêt. Ceux-ci, n’en pouvant plus, décidèrent de lui tendre un piège, à l’issue duquel ils le rendirent inoffensif en lui arrachant toutes ses dents. Mais voilà qu’un beau jour Loup, le gentil loup, eut l’idée d’essayer les dents… « Là, il se trouva terrorifiant, effroustoufflant, abominifiant. Et le plus horrible, c’est que cela lui fit plaisir, mais alors, terriblement plaisir. Mais ça, c’est encore une autre histoire »… celle du Grand Méchant Loup. Là encore, une réflexion sur l’origine de la méchanceté : serait-elle dans la simple possession des armes ? A partir de 6/7 ans.

Terrible. Alain Serres/Merline. Edition plus récente avec illustrations de Bruno Heitz. Rue du monde. (LFL31)

Terrible est un loup entièrement vêtu de noir qui terrorise tous ceux qui l'entourent, aussi bien les autres habitants de la forêt que sa propre famille. Mais ses quatre louveteaux n'ont pas dit leur dernier mot et vont découvrir le secret "terrible" de leur père. L'album fait apparaitre que l'agressivité et la violence sont souvent la réponse spontanée à un secret qui fait souffrir. Ici, le loup a honte d'avoir des pattes colorées qui ne sont pas effrayantes et font donc de lui un loup différent des autres. Après avoir tenté en vain de faire disparaître ces couleurs pour retrouver son identité de loup tout noir qui fait peur, il finira par les assumer, et tous ses rapports avec son épouse et ses enfants en seront changés. Un très bel album qui met en scène un personnage et des situations qui ne sont peut-être pas si étrangères aux enfants à qui nous lisons. A partir de 6 ans.

La vengeance de Germaine. Emmanuelle Eeckhout. Pastel. (Bibl. LFL31)

Tout le monde s'entend bien à la ferme. Enfin presque. Germaine et Lulu ne peuvent pas se voir en peinture. Lulu est une belle poule bien ronde et très coquette avec ses bas résilles rouges. Elle a des tonnes de copines et de nombreux prétendants. Pondeuse hors compétition, ses gros œufs donnent naissance à six coquelets vigoureux et bons élèves. Germaine est une grande bringue toute sèche, le nez crochu, du poil aux pattes, la mauvaise humeur comme mode de vie et des mauvais tours pour Lulu comme passe-temps. Son fils a hérité de son mauvais caractère et travaille très mal à l’école. Un jour, n'en pouvant plus, elle décide de passer à l'action pour que Lulu soit choisie… pour passer à la casserole. Un conte de ruse où la poule engraissée finit bel et bien dégustée, et l'engraisseuse de fait se trouve bien tranquille. Un crime parfait en somme, savoureux et piquant, qui détonne pour une fois avec le politiquement correct quasi-omniprésent en littérature jeunesse : le méchant triomphe et, loin d’être puni, il est récompensé. Un album grinçant pour aborder la jalousie et la différence. A partir de 6/7 ans.

3 contes cruels. Perceval Barrier/Matthieu Sylvander. Ecole des loisirs. (Bibl. Montbrun-Lauraguais, LFL31)

Cet album propose trois contes cruels où l'humour noir et les jeux de mots règnent en maîtres. La première histoire présente le clan des poireaux qui rêvent de voyages... Jusqu'à ce qu'une vache débarque et fasse croire à ces naïfs qu’elle est un renne du Père Noël, puis les dévore ! Il en va de même pour le clan des carottes. Ces dernières étaient persuadées d'être bien plus intelligentes que les poireaux... Le dernier conte, « macédoine », réunit tous les légumes du potager pour une joyeuse mêlée et une terrible histoire d'amour contrarié entre un poireau et une carotte, Roméo et Julotte... le format entre l'album et la BD est très sympathique et dynamise la lecture. On notera également les dessins et les expressions françaises sur les légumes qui en feront sourire plus d'un. 3 contes cruels évoque avec justesse les comportements de groupe. Tous à la recherche du bonheur, ils vont se révéler naïfs et faciles à manipuler... Un petit album délicieusement cruel qui nous a tous ravis… mais qui pose le problème des albums décalés, humoristiques… pas toujours appréciés des enfants. A partir de 8/9 ans.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article