Atelier Albums des 5 avril et 3 mai 2018 : L’ART ET LES ARTISTES (comme sujets de fictions)

Publié le par Les coordinateurs de Lire et faire lire 31

Un public assez restreint, mais de qualité !

Le thème en a peut-être effrayé certains : « L’art et les artistes dans les fictions », ce n’était sans doute pas très évident !

Beaucoup se sont réfugiés dans les livres d’initiation à l’art pour les enfants, un thème voisin qui nous a valu de fort belles découvertes.

L’ange disparu. Max Ducos. Sarbacane. (Bibl. LFL31)

Aujourd’hui, Eloi se rend avec toute sa classe au musée des Beaux-Arts de la ville. Mais tout cela l’ennuie, et il quitte le groupe. Et voilà qu’une voix l’interpelle : « Pst, petit garçon ! » C’est la Vénus d’un tableau classique, toute éplorée, qui le prie de retrouver son petit ange, qui a disparu. C’est le début de tout un parcours à travers les toiles et sculptures du musée, pour retrouver et ramener à sa mère le petit ange vagabond. Plusieurs « habitants » vont aider Eloi dans sa quête, ainsi lorsqu’il sera en grand danger, happé par le bleu de Klein, il sera sauvé par l’Homme qui marche de Giacometti. A la fin, il empruntera quelques cubes à un tableau de Mondrian pour fournir une distraction de son âge au petit ange retrouvé. Une déambulation parmi les œuvres d’art qui peut captiver les enfants, même les plus éloignés du monde de l’art. A partir de 7/8 ans.

La lumière allumée. Richard Marnier/Aude Maurel. Frimousse. (Bibl.

Serveyrolles)

Dans le quartier d’une petite ville, toutes les maisons sont exactement les mêmes, du toit à la porte, des volets à la cheminée. On ferme les volets le soir, on les ouvre le matin. Tout est réglé à la perfection ! Jusqu’au jour où un habitant laisse ses volets ouverts la nuit et la lumière allumée. Scandale ! On jase dans le quartier. Heureusement, le malappris s’en va. Sa maison se délabre. A son retour, il construit une maison invraisemblable. Après un temps de stupéfaction, les habitants, libérés de leur carcan conformiste, se livrent à un grand chambardement immobilier, dans une explosion de formes et de couleurs. Une histoire qui exalte le pouvoir libérateur de l’art. Sans grands discours, l’album dénonce l’uniformisation et prône tolérance, mixité et droit à la différence. A partir de 4/5 ans.

Aspergus et moi. Didier Lévy/Pierre Vaquez. Sarbacane. (Bibl. Fabre)

Maître Aspergus est un vieux peintre renommé pour ses portraits de célébrités. Il a une trentaine d’assistants pour l’aider. Parmi ceux-ci, le jeune rat qui raconte l’histoire. Mais le maître n’a plus goût à peindre. Ses toiles ? De la camelote destinée aux riches ! Son assistant va lui suggérer de peindre avec la main gauche, de peindre en fermant les yeux, ou avec un balai… Comme Picasso qui a exploré toutes les techniques et les formes artistiques de son époque, le peintre est un éternel insatisfait. Nous assistons en fait à la naissance de l’art moderne. Un album où le noir domine, mettant en valeur les gravures de Pierre Vaquez. A partir de 9 ans.

Les tableaux de Marcel. Anthony Browne. Kaléidoscope. (Bibl. LFL31)

Anthony Browne a choisi de porter le masque du jeune chimpanzé Marcel pour faire découvrir aux enfants le monde de la peinture. Il s’amuse à reproduire quelques tableaux de maîtres (Vinci, Michel-Ange, Vermeer, Manet…) en y ajoutant une touche de folie très personnelle : on y retrouve, outre Marcel, sa petite amie Mimi et l’affreux Pif la Terreur… sans compter les nombreuses bananes emblématiques qui fleurissent aux quatre coins des tableaux. Anthony Browne est avant tout un peintre : « Ce livre est dédié à tous les grands artistes qui m’ont donné l’envie de peindre ». Les dernières pages montrent les tableaux d’origine, qui peuvent donc être comparés avec leur version « Marcel ». A partir de 6/7 ans.

Monsieur Chocolat, le premier clown noir. Bénédicte Rivière/Bruno Pilorget. Rue du monde. Coll. Grands portraits.

C’est l’histoire vraie d’un artiste qui a fait rire le Tout-Paris des années 1900. Il fut le premier artiste noir de la scène française, en inventant avec son acolyte Footit un duo clown blanc/clown noir. Son itinéraire commence à Cuba, où Rafaël Padilla (c’est son vrai nom), orphelin et fils d’esclave, finit par s’embarquer pour l’Europe. Il est remarqué pour sa force et son sens du spectacle. Il connaîtra une vingtaine d’années de succès, succès reposant sur ses talents d’artiste, mais aussi sur sa condition d’homme noir, représenté souvent comme battu et moqué, dans une France largement colonialiste. Il finira oublié, dans la misère. Un film de Roschdy Zem, avec Omar Sy et James Thiérrée a récemment permis de ressusciter son histoire. Très bien documenté, ce livre intéressera les plus grands. A partir de 9 ans.   

Et nous nous retrouverons

Le Jeudi 31 Mai à 14h30

OU

Le Jeudi 14 Juin à 10h

Pour un Atelier Albums dont le thème sera :

L’enfant et sa mère.

Publié dans livres, Albums

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article