Venir d'ailleurs - Thème du dernier Atelier Albums organisé par LFL31

Publié le par Les coordinateurs de Lire et faire lire 31

Venir d'ailleurs - Thème du dernier Atelier Albums organisé par LFL31

Beaucoup de beaux et bons livres… particulièrement sur le thème émigration/immigration.

On sent qu’il s’agit d’un sujet brûlant dans nos sociétés. Les auteurs d’albums de jeunesse choisissent en général de le mettre en scène au travers d’une histoire individuelle, à l’exception du premier, Petit point, qui s’attaque globalement (et avec succès) au problème des flux migratoires ! Les autres dressent parfois une peinture cruelle de notre monde occidental et de sa répugnance à accueillir les migrants (Machin Truc Chouette, L’île).Un tableau moins sombre, plus optimiste, est fourni par Avec trois brins de laine…

Ces livres s’adressent souvent aux plus grands, mais on trouve quelques albums pour les plus jeunes, avec le choix de héros animaux (Titi la souris) ou extra-terrestres (Jean de la lune), qui dédramatise la situation.

Un autre aspect du « venir d’ailleurs » se rencontre aussi dans des albums sur le thème de l’adoption.

Emigration/immigration

Petit point. Giancarlo Macri/Carolina Zanotti. Ed. Nuinui. (Bibl. Minimes, Pradettes, Cabanis)

Les héros de cet étonnant album sont des points. Tout commence avec un point noir qui occupe la page de droite, en compagnie d’autres points noirs comme lui. Mais voilà qu’apparaissent sur la page de gauche d’autres points, blancs ceux-là. Sur la page de droite, les enfants jouent. Sur celle de gauche, on manque de tout, de nourriture et de maison. Les points blancs vont vouloir passer sur la page de droite… Cet album en apparence léger arrive à transmettre de manière ludique et simple un message bien complexe et d’actualité sur les flux migratoires et l’aide au développement. Son but : « Des petits points pour découvrir un monde meilleur ». Lisible à plusieurs niveaux, il s’adresse aussi bien aux adultes qu’aux enfants à partir de 6/7 ans.

L’oiseau de Mona. Sandra Poirot-Chérif. Rue du monde. (Bibl. Colomiers, Izards)

Mona est l’enfant d’une famille de sans papiers. Arrivée en France à l’âge de trois ans, elle va à l’école, a des copines et fait de la danse. Une vie normale, donc, en apparence. Mais il y a une ombre au tableau : un oiseau noir qui plane en permanence au-dessus de sa tête. C’est la menace d’expulsion. A tout moment, l’oiseau peut la ramener dans ce pays que sa famille a fui, où il y a la guerre. Pour évoquer ce monde complexe (ce pays où elle est et où elle n’a pas le droit d’être), deux types d’illustrations. Pour chaque scène de sa vie quotidienne cohabitent des images aux vives couleurs et des croquis, fragiles, réalisés à la mine de plomb. Ces derniers pour exprimer les angoisses et interrogations de la fillette. Entre ces deux univers, l’oiseau noir va et vient. Un livre militant : une part des droits de vente sont versés à l’association Réseau éducation sans frontières (RESF). A partir de 8 ans.

Avec trois brins de laine (on peut refaire le monde). Henriqueta Cristina/Yara Kono. Ed. Les éléphants. (Bibl. Minimes)

A la maison, Papa et Maman sont chaque jour un peu plus sombres. A leurs lèvres reviennent de plus en plus souvent les mots « peur », « guerre », « prison », « exil ». Une nuit, la famille décide de fuir. Ils rejoignent un pays où la pauvreté n’existe pas et où les enfants peuvent aller à l’école. Mais la réalité est loin d’être parfaite. Dans ce pays, tout est gris, uniforme, jusqu’aux vêtements des habitants. Un jour, la mère a une idée et insuffle un vent de liberté dans la triste ville. Elle va tricoter des pull-overs de toutes les couleurs et de tous les motifs. Cette histoire s’inspire de l’histoire vraie d’une famille portugaise émigrée en Tchécoslovaquie. Livre co-édité par Amnesty International. A partir de 6/7 ans.

Machin Truc Chouette. Hubert Ben Kemoun/Véronique Joffre. Rue du monde. (Bibl. LFL31)

« Il est arrivé par un matin d’été. De quel pays ? Personne ne le savait…Il disait qu’il s’appelait Massicholihaloi… » Et comme les habitants du pays étaient incapables de prononcer ce nom, ils prirent l’habitude de l’appeler Machin Truc Chouette. Il a vite appris la langue du pays, et les histoires qu’il raconte captivent les enfants. Peu à peu il s’est rendu utile en faisant toutes les tâches rudes ou ingrates que ceux du pays n’aimaient pas faire : consolider les granges, travailler aux champs, réparer les voitures et les toitures. « Un costaud et un sacré travailleur. Et vraiment pas très cher, on le payait d’un rien ! » Quand la guerre est venue, on lui a dit : « Va défendre le pays ! » Quand il est revenu avec un bras en moins, on l’a payé moitié moins. Mais vous pensez bien que lorsqu’il a voulu faire venir sa famille… « Ce n’est pas ton pays, tu ne seras jamais vraiment d’ici ! » Un livre d’une grande force, et d’une vérité criante, le tout sur un ton très calme, avec même quelques touches d’humour. Un constat cruel sur nos sociétés enfermées sur elles-mêmes. A partir de 9/10 ans.

L’île, une histoire de tous les jours. Armin Greder. La Compagnie créative. (Bibl. Fabre)

Un beau matin, les habitants de l’île découvrent un naufragé, un homme nu sur la rive. Chacun a sa réponse sur cet inconnu, mais sur l’avis du pêcheur, les habitants décident de l’accueillir. On le relègue d’abord dans une étable, mais un jour, l’homme apparaît au village. Les craintes ressurgissent, la peur est si grande que les habitants s’emparent de lui et le repoussent à la mer. Le bateau du pêcheur est brûlé, et on construit une muraille tout autour de l’île. C’est un récit aux phrases simples et directes ; les images, en noir et blanc, aux crayonnés à peine colorés, font naître un sentiment d’angoisse. Une histoire qui traite sur le mode symbolique ce qui fait l’actualité d’aujourd’hui : les réactions devant l’arrivée de migrants. Un livre assez noir, mais qui pourra faire réfléchir les jeunes, à partir de 10/11 ans.

Comment j’ai appris la géographie. Uri Shulevitz. Kaléidoscope. (Bibl. LFL31)

Uri Shulevitz revient sur son enfance. La guerre a chassé sa famille très loin de sa Pologne natale, vers le Turkestan, où ils vivent misérablement. « J’avais faim tout le temps ». Et voilà qu’un jour, son père, envoyé au marché avec les derniers sous pour acheter du pain, revient triomphalement : « J’ai acheté une carte ». L’enfant est furieux, révolté de cette lubie qui l’oblige à aller au lit le ventre creux. Mais quand son père accroche au mur la carte, la triste pièce se trouve inondée de couleurs, et l’enfant est fasciné. Il va découvrir des noms inconnus, exotiques, qui lui feront explorer le monde entier : « des déserts brûlants, des plages de sable doux, des sommets enneigés, des temples prodigieux… » Des heures merveilleuses, loin de la faim et de la misère. « J’ai pardonné à mon père. Finalement, il avait raison », conclut-il. Un livre émouvant, qui ouvre une porte sur la capacité de rêve des enfants, plus forte que les difficultés de la vie matérielle. A partir de 6/7 ans.

Jean de la lune. Tomi Ungerer. Ecole des loisirs. (Bibl. Colomiers, LFL31)

Jean de la lune en a assez de vivre à l’écart de tout sur la lune. Enfourchant une comète qui passait par là, il arrive sur la terre en un atterrissage fracassant. Les autorités ont tôt fait de l’arrêter et de le mettre en prison. Heureusement, le jour où la lune en est à son dernier quartier, il est assez mince pour se faufiler entre les barreaux. Après quelques aventures, il se réfugie auprès d’un vieux savant qui depuis des années construit une fusée pour aller dans la lune. C’est ainsi qu’il pourra retrouver son astre d’origine. La fantaisie et l’humour de Tomi Ungerer sont ici au service d’un message qui n’est pas franchement optimiste. A partir de 5 ans.

De la campagne à la ville

Titi à Paris. Grégoire Solotareff. Ecole des loisirs.

« Comme c’est triste la campagne l’hiver ! » pense Titi la souris. La voilà partie en train pour Paris. Tout lui semble magnifique : « Ici, je vais me plaire ». Elle visite un à un tous les arrondissements. Mais c’est alors que se pose un vrai problème : où trouver de la nourriture ? Pas le moindre scarabée ou ver de terre ! Elle marche toute une journée et toute une nuit sans rien trouver. Désespérée, elle veut retourner chez elle. Mais elle découvre alors un être encore plus misérable qu’elle : un malheureux souriceau transi de froid et mort de faim. Et il n’est pas seul : il a une kyrielle de frères et sœurs ! Heureusement, elle trouve aussi un jardin où elle peut s’installer avec ses 80 enfants adoptifs. Un récit plein d’humour, avec des illustrations saisissantes. A partir de 5/6 ans.

L’adoption

D’un monde à l’autre. Daria Michel Scotti/Jean Philippe Kalonji. La joie de lire. (Médiathèque Cabanis)

Ben est un jeune garçon africain adopté dès son plus jeune âge. Curieux de connaître ses racines, il fouille dans les affaires de son grand-père adoptif, un grand voyageur. Ce dernier lui explique d’où viennent tous ces souvenirs : statuettes africaines, bouddhas, lances et coquillages… Il lui explique les diverses coutumes, propres à tous ces pays, concernant l’adoption. Une petite leçon de philosophie, au gré d’une balade parmi les civilisations, de la Polynésie au Grand Nord.

Le prochain Atelier Albums aura lieu

Jeudi 2 Février à 10h

le suivant

Jeudi 23 Février à 14h30

 

Les deux auront lieu à la Ligue de l’enseignement

 

Ils auront pour thème :

Les changements dans la vie d’un enfant.

Publié dans Albums

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article