Stéphane Servant ou le secret des livres pour enfants

Publié le par Les coordinateurs de Lire et faire lire 31

Stéphane Servant ou le secret des livres pour enfants

C’était exceptionnellement à la Maison des Associations qu’avait lieu ce deuxième rendez-vous proposé par l’association Lire et faire lire 31 à ses bénévoles et à tous les responsables des structures (écoles, CLAE, crèches etc.) bénéficiaires du programme.

Ce Jeudi 11 Décembre, 80 personnes se sont donc pressées pour écouter Stéphane Servant auteur d’albums jeunesse ; 80 personnes qui ne l’ont pas regretté !

Stéphane Servant ou le secret des livres pour enfants

Pour Stéphane Servant, la réussite d’un livre pour enfants, pour tout petits, s’apparente à une recette de cuisine ; c’est la combinaison d’un certain nombre d’ingrédients, de façon subtile, complémentaires, parfois discrets, et qui vont aboutir au succès du produit fini, à savoir un lien affectif entre le lecteur et son petit auditeur.

En premier lieu, bien sûr, l’auteur, le « cuisinier », qui est une sorte de passeur de mots, de passerelle entre l’adulte et l’enfant. C’est un intermédiaire, mi adulte, mi enfant ; il tient les deux bouts de la chaîne, se mettant alternativement dans la peau de l’un et de l’autre. Il n’écrit pas pour être lu, mais pour être « raconté » à un auditoire. C’est un médiateur qui permet de former et de garder un lien entre le père, la mère et l’enfant. Ses qualités premières sont la simplicité, la sincérité, l’accessibilité et la capacité de se mettre à hauteur de l’enfance. Il sait se débarrasser de toutes ses postures d’adulte et surtout est respectueux de l’enfant. Il n’oublie jamais que deux personnes regardent le livre : l’adulte qui lit le texte et l’enfant qui, par-dessus son épaule, regarde les illustrations et écoute l’histoire ; l’adulte, capable de réfléchir sur le sens caché et les symboles de l’histoire et l’enfant, qui reçoit cette histoire au premier degré...

Stéphane Servant ou le secret des livres pour enfants

...L’illustrateur est très complémentaire de l’auteur dont il ne doit pas trahir la démarche et la pensée. Autant on ne peut concevoir un livre pour tout-petits sans illustration, autant un illustrateur qui ne serait pas « en phase » avec l’auteur, peut être contre-productif et venir « gâter la sauce ». C’est l’illustrateur que va découvrir l’enfant, par-dessus l’épaule du lecteur.

La typographie, qui vient souligner la pensée de l’auteur, doit être à son service et non pas l’inverse.

Enfin l’éditeur, qui fait l’interface entre l’auteur, l’illustrateur et le typographe mais qui surtout met les moyens nécessaires à la production de l’ouvrage. Le bon éditeur est, bien sûr, celui qui fait confiance à son auteur pour le choix de l’illustrateur et de la typographie et qui demande, et surtout respecte, ses avis. Visiblement, Stéphane Servant est un bon « cuisinier » : ses plats sont goûteux et plaisent aux petits comme aux grands, ce qui est rarement le cas en cuisine.

Signé : Micheline Kouas-Molinier

Stéphane Servant ou le secret des livres pour enfants
Ce rendez-vous avait été précédé, le matin, d’un CA de l’association LFL31.

ORDRE DU JOUR

  1. Organisation et Planning
  2. Formations assurées par le CA (avec et sans l’exposition)
  3. L’accompagnement des Durantis
  4. Développement (Présentation des docs approuvés par le bureau du 4/12)
  5. Lectures aux enfants en présence de leurs parents
  6. Bilan et Colloque Lire et faire lire National
Stéphane Servant ou le secret des livres pour enfants
Et nous nous retrouverons

le Jeudi 22 Janvier à l’hôtel Duranti

(conformément à l’agenda des lecteurs).

Nous recevrons François David

poète et éditeur - éditions Motus.

Pour plus d’infos c’est sur ces liens qu’il faut cliquer : ICI et LA

Publié dans Vie De l'Association

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article